Atelier international d'ActInvest, Sommet mondial sur le devéloppement social +5, Geneva Forum 2000 ITU, Juin 29
De la boutique villageoise au marché mondial: Entrepreneurs et commerce électronique

Amidou Coulibaly et Haoua Cheick Traore present African Crafts Online

L'atelier visait à attaindre certains des objectifs du Forum 2000 de Genève promus par la Confédération Helvétique, à savoir de rapprocher tous les partenaires du développement social, en particulier du secteur privé, afin d'échanger et de canaliser leurs connaissances pour éradiquer la pauvreté. Deux questions fondamentales ont été posées : "Que peut Internet pour encourager les échanges et le commerce entre tous, et non pas seulement entre quelques heureux élus ?" Et "Qu'est-ce qui a changé depuis le sommet de Copenbague de 1995 ?" Le fossé entre les riches et les pauvres s'est agrandi au lieu de diminuer et 80 pays en développement et à économie en transition présentent un PIB plus bas qu'en 1995. L'atelier a insisté sur le rôle des entrepreneurs dans la lutte contre cette inégalité, qu'il s'agisse de moyennes, de petites et de micro-entreprises ou de grandes compagnies internationales. Les participants ont centré leur attention sur les changements significatifs apportés par Internet et par les technologies de l'information, et ont notamment abordé les formes nouvelles d'utilisation d'internet visant à favoriser le développément social.


Hedy Glenn, UN, Fatima Jibrell, Horn Relief, et Louise Meyer

Dunia Pastizzi-Ferencic a ouvert les débats en soulignant l'importance des liens entre les économies les plus grandes, les plus petites et les moyennes. Les participants ont ensuite été informés de la contribution qua les technologies de l'information avaient apportée à diverses entreprises. Louise Meyer a présenté son site African Crafts Online, qui aide les artisans africains à faire connaître leur culture et leurs produits par l'intermédiaire d'Internet. Dans sa présentation, elle a mis en valeur le travail d'Amidou Coulibaly, tisserand du Nord de la Côte d'Ivoire, et le magasin virtuel d'Haoua Cheick Traore. Fé1ix Muhlebach, président de MatchingNeeds.com, entreprise qui met en commun les informations dont ont besoin les petites et moyennes entreprises du monde entier, a parlé des défis auxquels doit faire face une compagnie ‘start-up' sur Internet, particuliérement en matière d'investissements. Le Dr Thomas Morscher de Daynetwork.com, compagnie suisse qui propose aux entreprises des logiciels de gestion de l'information sur le web ('Web Information Management Solutions'), a parlé quant à lui des expériences vécues par de petites ‘start-up' devenues de grandes compagnies internationales. Christopher Gibson, de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), a analysé les aspects juridiques et commerciaux du commerce électronique. Finalement, Bob Berg a débattu des conséquences des technologies de l'information sur la théorie du développement et sur les échanges entre les générations, ainsi que des grandes difficultés rencontrées par les pays en développement. Fatima Jibrell a souhaité obtenir un meilleur accés et des coûts plus bas afin de mieux gérer son ONG somalienne et Esteban Gonzalez du Mexique a affirmé que les jeunes entrepreneurs devraient combiner des activités de développement rentables avec des activités non rentables.

La prolifération des activités sur Internet at des technologies de l'information représente le changement le plus significatif et prometteur de 1'environnement social depuis le Sommet de 1995. Les technologies de l'information permettent d'étendre la part du marché bien au-delà des frontières nationales tout en maintenant la diversité culturelle locale et régionale. Le commerce électronique peut contribuer au développement social et aux stratégies visant à inclure les technologies de l'information dans les plans nationaux de développement. Des systèmes locaux de technologie de l'information et des programmes appropriés d'déducation et d'investissement sont nécessaires pour améliorer l'accès équitable au marché. Le secteur privé, notamment par des stratégies de partenariat, a un rôle essential à jouer. Finalement, les participants ont conclu qu'il était urgent de modifier le débat sur la mondialisation afin de souligner l'importance des technologies de l'information en faveur du développement social et écéonomique.

[note: we've since changed the name of our online presence from African Crafts Online to AfricanCraft.com]